Page d'accueil > Liste des films > Blanche Neige et les Sept Nains > Blanche Neige
     

Filmographie

 

Blanche Neige et les Sept Nains (1937), The Wonderful World of Disney (émission télévisée, depuis 1954), The Mouse Factory (émission télévisée, 1972-1973), Disney’s Tous en Boîte (série télévisée, 2001-2004), Mickey, la Magie de Noël (2001), Mickey, le Club des Méchants (2002), Once Upon a Time (série télévisée live, depuis 2011), A Poem Is… (mini-série télévisée, 2011), Princesse Sofia (série télévisée, depuis 2012), Descendants (Disney Channel Original Movie, 2015), cameos dans Qui Veut la Peau de Roger Rabbit (1988), Mickey Mania (série télévisée, 1999-2001), Le Roi Lion 3 : Hakuna Matata (2004)
Nom d'origine Snow White
Animé par Hamilton Luske (superviseur de l'animation), Jack Campbell, Grim Natwick et Marc Davis
Voix originale Adriana Caselotti (Blanche Neige et les Sept Nains), Mary Kay Bergman (Blanche Neige et les Sept Nains remasterisé, productions télévisées et publicités), Carolyn Gardner (jeux vidéos Kingdom Hearts), Katherine von Till (jeu vidéo Kinect Disneyland Adventures), Ann Jillian (The Mouse Factory), Ginnifer Goodwin (adulte dans Once Upon a Time), Bailee Madison (enfant dans Once Upon a Time), Stephanie Bennett (Descendants)

Voix française

Christiane Tourneur (possible voix parlée pour le doublage de 1938 de Blanche Neige et les Sept Nains), Béatrice Hagen (chant pour le doublage de 1938 de Blanche Neige et les Sept Nains), Lucienne Dugard (possible voix parlée pour le doublage de 1938 de Blanche Neige et les Sept Nains), Lucie Dolène (doublage de 1962 de Blanche Neige et les Sept Nains), Valérie Siclay (voix parlée pour le doublage de 2001 de Blanche Neige et les Sept Nains et Disney's Tous en Boîte), Rachel Pignot (chant pour le doublage de 2001 de Blanche Neige et les Sept Nains), Marie-Eugénie Maréchal (Once Upon a Time)
   

Héroïne du premier Grand Classique et première princesse Disney, Blanche Neige est un personnage majeur des studios créés par Walt.

Jeune fille aux "lèvres rouges comme la rose, aux cheveux noirs comme l'ébène et au teint blanc comme la neige", selon la description qu'en fait le Miroir magique, Blanche Neige suscite la jalousie de sa belle-mère la Reine, en raison de sa beauté.

Obsédée par l'idée d'être la plus belle femme sur Terre, la Reine contraint Blanche Neige à nettoyer son château vêtue de haillons. Mais un jour, son miroir lui révèle que la jeune fille est désormais la plus belle du royaume, au grand désespoir de la souveraine.

Peu après, Blanche Neige, qui chante alors qu'elle lave la cour du château, est aperçue par un Prince qui, tombé sous le charme, lui lui déclare son amour.

La Reine ordonne alors à un Chasseur de mener Blanche Neige dans la forêt et de la tuer. Pour prouver le trépas de la princesse, celui-ci devra lui ramener son coeur dans un écrin. Incapable de mener à bien sa mission, le chasseur ordonne à la princesse de fuir dans les bois, et ramène à la Reine le coeur d'une biche.

 

Dans sa fuite à travers la forêt, Blanche Neige prend peur en croyant apercevoir des monstres qui ne sont en fait que des arbres. S'effondrant en pleurs dans une clairière, elle attire de nombreux Animaux de la forêt qui la rassurent et avec lesquels elle communique. Ceux-ci lui indiquent un refuge : une jolie petite chaumière qui s'avère être celle des Sept Nains. Constatant la saleté et le désordre régnant à l'intérieur de l'habitat, Blanche Neige décide de la nettoyer, avec l'aide des animaux, dans l'espoir que les propriétaires accepteront de l'héberger. Fatiguée par le travail accompli, elle s'endort finalement à l'étage, dans les lits des nains.

En rentrant de la mine de diamants où ils travaillent, les Sept Nains s'aperçoivent que leur maison est occupée et décident de s'attaquer à l'intrus. Ils découvrent finalement Blanche Neige endormie. Réveillée, la princesse devine aisément le nom de chacun des sept petits hommes gravés sur leurs lits, qui acceptent de l'héberger chez eux, malgré le mécontentement de Grincheux.

 

Leur ayant préparé de la soupe, Blanche Neige demande aux Sept Nains d'aller se laver les mains avant de passer à table, ce qu'ils n'ont pas l'habitude de faire, avant de passer à table. Après le dîner, les Nains divertissent la princesse en musique, puis celle-ci leur raconte son histoire. Les Nains lui laissent leur chambre pour la nuit.

Le lendemain, la Reine apprend par son Miroir magique que le chasseur l'a trahie et que Blanche Neige est toujours en vie, réfugiée dans la forêt. Elle décide alors d'aller supprimer elle-même la princesse en se transformant en sorcière. Après avoir retrouvé Blanche Neige, qui se trouve alors seule en train de faire des tartes dans la maison des Nains partis à la mine, elle lui offre une pomme empoisonnée qui la plongera dans un sommeil de mort. Le sort ne peut être brisé que par un baiser donné par l'homme qu'elle aime.

Avertis par les animaux de la forêt, les Nains prennent la sorcière en chasse. Parvenue au sommet d'une montagne, celle-ci bascule dans le vide et disparaît à jamais. Mais il est trop tard, Blanche Neige a déjà mordu dans la pomme et est tombée inanimée. Disposée dans un cercueil de verre par les Nains, Blanche Neige est retrouvée par le Prince qui lui donne un baiser d'adieu, ce qui rompt le charme qui maintenait la princesse endormie. Blanche Neige peut alors suivre le Prince et vivre avec lui dans son château, dans le bonheur, jusqu'à leurs derniers jours

Très aimée des Nains, même par Grincheux qui ne parvient pas longtemps à le cacher, Blanche Neige est l'archétype de la princesse Disney : belle, un peu naïve et pleine de rêves !

Walt Disney confia la supervision de l'animation de Blanche Neige à Hamilton Luske. Entré aux studios Disney en 1931, il participa à l'animation de nombreux courts-métrages dans les années 1930 et 1940. Satisfait de son rôle dans la supervision de l'animation de son premier film d'animation, Walt Disney lui confia la réalisation du deuxième, Pinocchio (1940). Par la suite, il réalisa de nombreux autres Grands Classiques, de Fantasia (1940) à Les 101 Dalmatiens (1961) en passant par Coquin de Printemps (1947), Cendrillon (1950), Alice au Pays des Merveilles (1951), Peter Pan (1953) et La Belle et le Clochard (1955).

L'animateur Albert Hurter, qui contribua à définir l'identité visuelle de Blanche Neige et les Sept Nains, travailla sur des ébauches de Blanche Neige. On lui doit les habits de la princesse, mais la forme de son visage est l'oeuvre d'Hamilton Luske. Ce dernier fut assisté de trois autres animateurs pour l'animation de l'héroïne : Grim Natwick, Marc Davis et Jack Campbell.

Parmi eux figure Grim Natwick. Déjà connu pour avoir créé le personnage de Betty Boop, la pulpeuse héroïne d'une série d'animation des années 1930, il rejoignit les studios Disney en 1934 pour travailler sur plusieurs épisodes des Silly Symphonies puis sur Blanche Neige et les Sept Nains.

 

Entré aux studios Disney en 1935, Marc Davis était un jeune animateur lorsqu'il fut sélectionné comme assistant animateur pour le personnage de Blanche Neige. Après l'achèvement du premier long-métrage d'animation Disney, il choisit de travailler sur Bambi (1942), pour lequel il supervisa l'animation de Pan-Pan et Fleur enfants, plutôt que sur Pinocchio (1940). L’animateur conçut de nombreux héros et méchants particulièrement marquants pour le compte des studios au château enchanté, parmi lesquels la Fée Clochette et Wendy dans Peter Pan (1953), Aurore et Maléfique dans La Belle au Bois Dormant (1959) ou encore Cruella d’Enfer dans Les 101 Dalmatiens (1961). Il participa aussi à la réalisation de scènes passées à la postérité comme celle où Frère Renard tente de faire cuire Frère Lapin dans Mélodie du Sud (1946), celle où Cendrillon quitte précipitamment le bal dans le 12ème Grand Classique Disney datant de 1950 ou encore comme la scène loufoque et culte du « Non-anniversaire » dans Alice au Pays des Merveilles (1951).

Quant à Jack Campbell, il participa à l'animation de personnages d'autres Grands Classiques et de courts-métrages des années 1930 et 1940. Avec Blanche Neige, sa réalisation la plus remarquable reste l'animation de la Fée Bleue pour Pinocchio (1939).

 

Blanche Neige et les Sept Nains n'a pas eu droit à des suites au cinéma ou en vidéo. Contrairement à celle d'autres princesses héroïnes de nouvelles aventures à l'écran, la carrière cinématographique de Blanche Neige est donc limitée.

La princesse est aussi apparue à plusieurs reprises dans les émissions télévisées The Wonderful World of Disney (depuis 1954) et The Mouse Factory (1972-1973).

Blanche Neige est l’une des clientes régulières du club tenu par Mickey et ses amis dans la série télévisée Disney’s Tous en Boîte (2001-2004). Elle y apparaît généralement aux côtés du Prince ou de certains des Sept Nains. La jeune femme figure aussi au casting de deux épisodes spéciaux édités en vidéos, Mickey, la Magie de Noël (2001) et Mickey, le Club des Méchants (2002). Elle a aussi fait l'objet d'un cameo dans la série télévisée Mickey Mania (série télévisée, 1999-2001)

La jeune femme a fait l'ojet d'une courte apparition, comme de nombreux autres personnages Disney, dans le film Qui Veut la Peau de Roger Rabbit (1988).

L'ombre de Blanche Neige apparaît quelques instants dans le film Le Roi Lion 3 : Hakuna Matata (2004). Dans Aladdin et le Roi des Voleurs (1996), le Génie fait prendre quelques instants à Jasmine l'apparence de Blanche Neige.

Blanche Neige est aussi l’un des personnages de contes figurant au casting de la série live d’ABC, Once Upon a Time (depuis 2011). Elle est aussi apparue dans des épisodes des séries A Poem Is… (2011) et Princesse Sofia (depuis 2012).

L'héroïne du premier long-métrage d'animation Disney est aussi apparue dans plusieurs jeux vidéos, notamment dans ceux de la franchise Kingdom Hearts, lancée par Square Electronic Arts et Disney Interactive en 2002, ou encore dans Disney Princesse : Un Voyage Enchanté (Disney Interactive Studios, 2007) et Kinect Disneyland Adventures (Frontier Developments, 2011).

Walt Disney auditionna pas moins de 148 jeunes filles pour trouver la voix de Blanche Neige. En 1935, il choisit finalement Adriana Caselotti, une jeune chanteuse formée à l'opéra. Écoutant les prestations des candidates à distance, Walt Disney fut conquis par la voix juvénile d'Adriana, qui avait caché son âge : elle avait près de vingt ans lorsqu'elle doubla la jeune princesse.

L'actrice Mary Kay Bergman prêta sa voix à Blanche Neige de 1989 à 1999. Les studios Disney l'employèrent pour remplacer ponctuellement Adriana Caselotti dans le doublage du personnage. Pour la sortie vidéo d'une version restaurée de Blanche Neige et les Sept Nains, ils lui demandèrent d'enregistrer une scène du film. Sa voix fut préférée à celle de Caselotti qui n'apprit le remplacement de sa voix qu'en 1993, lors de la cérémonie des Oscars pour laquelle Mary Kay Bergman interpréta Blanche Neige pour la remise de l'Oscar du meilleur court-métrage d'animation. Après la réception de nombreuses plaintes, les studios Disney durent publiquement s'excuser d'avoir changé la voix de Blanche Neige, et Mary Kay Bergman n'admit être la nouvelle voix de Blanche Neige qu'après la mort d'Adriana Caselotti en 1997. L'actrice interpréta aussi, entre autres, deux des Triplées dans La Belle et la Bête (1991), la Mère de Quasimodo dans Le Bossu de Notre-Dame (1996), les Nymphes et l’une des habitantes de Thèbes dans Hercule (1997), Jessie dans Toy Story 2 (1999) et Si dans La Belle et le Clochard 2 : L’Appel de la Rue (2001).

Blanche Neige fut interprétée par Carolyn Gardner dans les jeux vidéos Kingdom Hearts. La voix actuelle du personnage est celle de Katherine von Till, qui doubla la princesse pour la première fois dans le jeu vidéo Kinect Disneyland Adventures.

Pour la première version française de Blanche Neige et les Sept Nains en 1938, l'incertitude demeure sur l'actrice qui interprèta la voix parlée de Blanche Neige. Selon les sources, il pourrait s'agit de Christiane Tourneur ou de Lucienne Dugard. Seule certitude, Béatrice Hagen assura les chants de la princesse. Lucie Dolène prit le relais pour le deuxième doublage de 1962. La comédienne française, principalement connue pour avoir prêté sa voix à Madame Samovar dans La Belle et la Bête (1991), s’est aussi illustrée au doublage de Shanti, la jeune indienne de Le Livre de la Jungle (1968) pour la première version francophone du film, des danseuses hollandaises et de french-cancan pour le deuxième doublage de 1975 de Pinocchio (1940). En 1993, lorsque Disney France commercialise pour la première fois en VHS un Grand Classique, en l'occurrence La Belle et la Bête, elle intente une action en justice contre la Walt Disney Company pour obtenir des droits sur l'utilisation de sa voix et remporte le procès. En représailles, la compagnie au château enchanté fait redoubler tous les films auxquels Lucie Dolène a participé, malgré les protestations de la plupart des fans français.

En 2001, un troisième doublage français est enregistré. Blanche Neige est interprétée par la comédienne Valérie Siclay, qui prêta sa voix à l'héroïne dans la série Disney's Tous en Boîte et à Giselle dans Il Etait Une Fois (2007). La chanteuse et comédienne Rachel Pignot assura la voix chantée de Blanche Neige. Elle doubla Blanche Neige dans le film Shrek 3.

Un conte à l'origine du premier film d'animation Disney

Très rapidement après les débuts de Mickey à l'écran, Walt Disney eut l'ambition de se lancer dans l'adaptation de contes à travers des longs-métrages d'animation. Mais pour cela, il devait d'abord perfectionner les techniques d'animation de son studio. C'est ainsi qu'en 1929, il lança une nouvelle série de courts-métrages, en parallèle à celle de Mickey Mouse, les Silly Symphonies. Ces cartoons musicaux allaient permettre à Disney de diversifier sa production, mais surtout de former ses artistes pour l'animation de Blanche Neige et les Sept Nains.

En fait, l'adaptation du conte des frères Grimm fut elle-même d'abord envisagée sous la forme d'un court-métrage. Walt Disney avait d'ailleurs déjà adapté à l'écran divers contes populaires et fables à travers ses deux séries de cartoons. Plusieurs courts-métrages de Mickey Mouse avaient exploité des histoires populaires : Mother Goose Melodies (Les Chansons de la mère l'oie, 1931) exploite diverses comptines narrées par Charles Perrault dans Les Contes de ma mère l'Oye. Giantland (1933) adapte l'histoire de Jacques et le Haricot Magique (réutilisée pour Mickey et le Haricot Magique, séquence du Grand Classique Coquin de Printemps en 1947) ; Gulliver Mickey (1934) s'inspire du roman de Jonathan Swift, Les Voyages de Gulliver ; The Pied Piper (Le Joueur de flûte de Hamelin, 1933) s'inspire d'une légende allemande transcrite par les frères Grimm.

Disney avait aussi choisi d'animer des fables de Jean de la Fontaine dans divers épisodes des Silly Symphonies : The Grasshopper and the Ants (La Cigale et la Fourmi, 1934) et The Turtle and the Hare (Le Lièvre et la Tortue, 1934).

 

Avec Blanche Neige et les Sept Nains, Walt Disney décide donc d'exploiter un autre conte populaire, dont la version la plus connue était celle des frères Grimm, parue en 1812. Le premier long-métrage d'animation Disney est assez fidèle à l'histoire des Grimm, la différence majeure étant la façon dont Blanche Neige se réveille à la fin de l'histoire. Dans le conte original, le prince emportait le cercueil de la princesse. Un de ses porteurs trébuchait, ce qui décoinçait le morceau de pomme de la gorge de la jeune fille, qui se réveillait. Le film Disney préféra rendre le dénouement plus romantique en rompant le maléfice de la méchante reine par un baiser du prince.

Par la suite, les studios Disney s'inspirèrent d'autres contes populaires pour la réalisation de Grands Classiques et courts-métrages. Cendrillon (1950) et La Belle au Bois Dormant (1959) reprennent deux histoires narrées aussi bien par Charles Perrault que par les frères Grimm. Le court-métrage de Mickey Mouse Le Brave Petit Tailleur (1938) avait auparavant été réalisé à partir du conte Le Vaillant Petit Tailleur des frères Grimm. Ce sont toujours les mêmes frères qui sont à l'origine du conte Raiponce, adapté dans un Grand Classique de 2010. Les studios Disney se sont aussi inspiré d'un autre conteur célèbre, le danois Hans Christian Andersen, pour les Grands Classique La Petite Sirène (1989) et La Reine des Neiges (2013). De nombreux autres films d'animation Disney sont adaptés de livres ou d'histoires célèbres...

L'aspect graphique de Blanche Neige

 

Au début de la production, plusieurs animateurs firent des propositions de croquis à Walt Disney pour le personnage de Blanche Neige. Ce dernier avait confié la supervision du design de la princesse à Grim Natwick, un animateur qui avait précédemment développé le personnage de Betty Boop pour les studios Fleischer.

Disney trouva les premières esquisses trop cartoonesques et caricaturales et exigea que l'aspect graphique de Blanche Neige se rapproche au maximum de la réalité. Dès 1934, il avait demandé à Hamilton Luske de travailler sur l'animation d'un personnage féminin très réaliste, dont le résultat final peut être vu dans The Goddess of Spring (La déesse du printemps, Silly Symphony).

Pas encore totalement satisfait du résultat, Walt Disney exigea de l'équipe d'animateurs désignée pour la conception de Blanche Neige qu'elle s'inspire de l'actrice américaine Janet Gaynor lorsqu'elle avait 14 ans.

Pour l'animation de Blanche Neige, Marge Belcher (future épouse d'Art Babbitt, animateur des studios Disney, puis de Gower Champion, danseur et acteur américain) servit de modèle à travers des prises de vue réelles des scènes prévues pour le film.

Blanche Neige, la première princesse Disney  

Blanche Neige restera à tout jamais la première des treize princesses officielles issues des films d'animation Disney. La franchise Disney Princesse (Princess Disney en anglais) appartient à la Walt Disney Company et a été lancée en 1999 dans les magasins Disney Store.

Elle est donc la première des neuf à être de sang royal, précédent ainsi Aurore, Ariel, Jasmine, Pocahontas, Raiponce, Merida, Elsa et Anna. Cendrillon, Belle, Mulan et Tiana sont, elles, devenues princesses par leur union avec un prince. Seule Mulan est considérée comme une princesse alors qu'elle n'est ni issue d'une famille royale, ni engagée auprès d'un prince, Li Chang étant un capitaine d'armée.

 

Lorsqu'elle apparaît pour la première fois à l'écran, Blanche Neige est orpheline. Ses deux parents sont décédés au cours de son enfance, comme pour Cendrillon, Elsa et Anna. Ariel, Belle, Jasmine et Pocahontas ont, elles, perdu leur mère, alors que Tiana n'a plus de père.

C'est la première princesse brune. Elle sera ensuite rejointe par Jasmine, Pocahontas, Mulan et Tiana.

Blanche Neige est la seule princesse Disney à posséder sa propre étoile sur le célèbre "Walk of Fame" à Hollywood, obtenue en 1987, cinquante ans après la sortie de Blanche Neige et les Sept Nains sur les écrans américains. Quatre autres personnages d'animation Disney ont eu ce privilège : Mickey Mouse en 1978, Donald Duck en 2004, Winnie l'Ourson en 2006 et la Fée Clochette en 2010.

Depuis l'ouverture du premier parc Disneyland en Californie en 1955, Blanche Neige est un personnage que les visiteurs peuvent rencontrer dans les différents parcs à thèmes Disney de par le monde. Généralement accompagnée par son Prince, elle apparaît aussi souvent entourée des Sept Nains.

L''attraction Snow White's Scary Adventures, ouverte dès 1955 dans le parc californien, propose aux visiteurs de retracer le parcours de Blanche Neige au cours du film. Elle fut reproduite dès leur ouverture dans les parcs Magic Kingdom (1971) et Tokyo Disneyland (1983), ainsi que dans le parc Disneyland français (1992) sous le nom Blanche Neige et les Sept Nains. La version floridienne a définitivement fermé ses portes en 2012, après 40 ans de service, pour permettre la refonte totale de Fantasyland et l'ouverture d'une nouvelle attraction inspirée de Blanche Neige et les Sept Nains, Seven Dwarfs Mine Train, ainsi que de Princess Fairytale Hall, un pavillon où les visiteurs peuvent venir rencontrer les Princesses Disney.

 

 

Dans le Disneyland Park, à Tokyo Disneyland et à Hong Kong Disneyland, une attraction baptisée Snow White Grotto s'inspire des décors du premier Grand Classique Disney.

En Californie, le théâtre de Fantasyland du Disneyland Park a accueilli le spectacle Snow White: An Enchanting Musical de 2004 à 2006.

Blanche Neige figure dans de nombreuses parades. A Disneyland Paris, elle apparaît lors de la Parade des Rêves Disney (2007-2012) et lors de la Disney Magic On Parade (depuis 2012). Elle figure aussi sur l'un des chars de la Parade Disney Fantillusion (2003-2013). Dans le parc Walt Disney Studios, on la voit aux côtés de Simplet lors de la parade Disney's Stars 'n' Cars (depuis 2009).

Dans les autres parcs Disney, Blanche Neige apparaît notamment lors de la Walt Disney's Parade of Dreams de Disneyland Resort, de la Festival of Fantasy Parade de Walt Disney World Resort ou encore de la Happiness Is Here Parade de Tokyo Disneyland.

 

 
Le site www.personnages-disney.com est un site amateur réalisé par un fan, non commercial et non affilié à la Walt Disney Company. Toutes les images présentées sur le site sont la propriété de la Walt Disney Company, ou sont des montages réalisés par le webmaster à partir d'images appartenant à la Walt Disney Company.
Contact : personnages-disney@live.fr
Blanche Neige